Accès libre Accès libre  Accès restreint Accès sous abonnement

« Comment peut-on être cochon ? » : darwinisme et conscience chez Darrieussecq

Simon Kemp

Résumé


Les liens de plus en plus étroits entre les sciences cognitives et la théorie darwinienne ont permis de faire des découvertes fascinantes au cours des dernières décennies, souvent adoptées par les sciences humaines avec enthousiasme, et on a vu émerger de cette confluence la naissance de nouvelles disciplines comme la psychologie évolutionniste et la neuro-phénoménologie. L’intérêt de Darrieussecq pour la cognition humaine et animale fait de son oeuvre un site d’exploration de plusieurs questions liées à ces domaines de recherche. Ses personnages s’interrogent sur la vie intérieure et l’univers phénoménologique des chiens, des chats et des insectes. La focalisation narrative de son histoire saute brusquement d’une conscience humaine à celle d’un lion de mer ou d’un requin pèlerin. Notamment, dans le premier roman de Darrieussecq, le lecteur suit la subjectivité de la narratrice à travers sa métamorphose entre être humain et truie, y compris un statut incertain entre les deux, en se rendant compte petit à petit que ce n’est pas que la forme physique de la narratrice qui se transforme mais aussi son univers mental. Cet article démontre que l’exploration de la conscience animale et humaine chez Darrieussecq ne sert pas seulement de métaphore de l’intersubjectivité et de la difficulté à comprendre la conscience de l’autre, mais offre aussi une méditation sur ce que c’est que l'humanité et sur sa place dans un spectre darwinien de cerveaux différemment adaptés.

The confluence of cognitive science and Darwinian theory has produced a wealth of fascinating research in recent decades, often enthusiastically embraced by the humanities, and given rise to the new disciplines of evolutionary psychology and neurophenomenology. Darrieussecq’s interest in human and non-human cognition makes her work a site of exploration for several issues related to these fields of research. Her characters speculate on the inner lives and perceptual worlds of dogs, cats and insects. The narrative focalization of her story will leap unexpectedly from a human consciousness into that of a sea-lion or a basking shark. And, most famously, in Darrieussecq’s debut novel we follow the narrator’s subjectivity as she metamorphoses between human and pig form and states undecidably in-between, during which process, we gradually realize, it is not only her physical form that is shifting but her mentality as well. This article examines how Darrieussecq’s exploration of animal consciousness and its relation to the human not only serves as a metaphor for intersubjectivity and the unknowable mind of the other, but also offers a meditation on the nature of humanity and of its place within an evolutionary spectrum of differently adapted minds.


Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.