Fair Representation and Conflict of Interest: Sexual Harassment Complaints between Co-Workers

Lori L. Park

Abstract


In exchange for the abandonment of individual employee negotiations in the workplace and the vesting of exclusive control over the grievance process to a certified bargaining agent, union members are owed a duty of fair representation by their union. Given that the union’s purpose is to foster the greatest collective good, union members expect that they will sometimes have to make individual sacrifices. However, where the subject of a workplace grievance is a dispute between two individual union members, as in a complaint of sexual harassment lodged by one bargaining unit member against another, it is not clear where the greatest collective good lies. The union, in the position of representing both the alleged victim and perpetrator, is in a conflict of interest. This situation is further complicated by the imposition o f liability on unions for a failure to alleviate human rights violations in the workplace. The author suggests one solution to this problem is to allow a limited right of individual carriage of grievances in such circumstances.

***

En échange contre l'abandon du pouvoir individuel de négociation de l'employé et contre l'assignation de l'autorité exclusive de négocier les griefs à un agent certifié qui représente la collectivité des employés, les membres d'un syndicat ont le droit d'être représentés de façon équitable par leur syndicat. Sacrifiant leurs intérêts individuels respectifs en vue de favoriser le bien collectif, les membres du syndicat jouent un rôle dans l'exécution par le syndicat de son obligation de représentation. Cependant, lorsque le grief émane d'une dispute entre deux membres individuels d'un même syndicat, comme par exemple, lorsqu'une plainte d'harcèlement sexuel est déposée par un membre du syndicat contre un autre, le bien collectif devient moins bien défini. Le syndicat se retrouve dans une position de conflit d'intérêt lorsqu'il doit représenter à la fois la victime et l'accusé. Cette situation se complique d'avantage lorsque l'on impose au syndicat la responsabilité d'alléger toute infraction contre les droits de la personne sur les lieux du travail. L'auteur suggère la solution d'octroyer un certain droit individuel limité aux employés leur permettant de porter grief dans des circonstances semblables.


Full Text:

PDF

Refbacks

  • There are currently no refbacks.