BEETLE DIVERSITY ASSOCIATED WITH FOREST STRUCTURE INCLUDING DEADWOOD IN SOFTWOOD AND HARDWOOD STANDS IN NOVA SCOTIA

Daniel Kehler, Soren Bondrup-Nielsen, Cristine Corkum

Abstract


Associations between beetles and forest stand characteristics, as well as beetle diversity, were investigated for 41 forest stands in Nova Scotia, Canada. Over 200 morphospecies from 45 Families of beetles were caught using window flight-intercept traps. In both years, correspondence analysis revealed distinct groupings of softwood and hardwood stands based on species assemblages. Multiple regression analysis was used to determine associations between forest variables and total species richness. Analyses were conducted for all stands combined and for hardwood and softwood stands separately. Hardwood stands had greater beetle richness than softwood stands. Within hardwood stands, volume of intermediate-sized deadwood was the best predictor of total species richness. Within softwood stands, volume of well-decayed deadwood was the best predictor of total beetle richness. Deadwood volume was associated with stand age in softwoods, and it appears that over 140 years is required for deadwood volume to reach pre-disturbance levels.

On a étudié des associations entre les coléoptères et les caractéristiques des peuplements ainsi que la diversité des coléoptères pour 41 peuplements de la Nouvelle-Écosse, au Canada. Plus de 200 morpho-espèces appartenant à 45 familles de coléoptères ont été capturées à l’aide de pièges-fenêtres. Pour les deux années, des analyses de correspondance ont révélé des regroupements distincts dans les peuplements de résineux et de feuillus, d’après les assemblages d’espèces. On s’est servi d’une analyse de régression multiple pour établir des associations entre des variables des forêts et la richesse totale en espèces. Des analyses ont été effectuées pour l’ensemble des1 peuplements et séparément pour les peuplements de feuillus et pour les peuplements de résineux. La richesse en coléoptères était plus grande dans les peuplements de feuillus, pour lesquels le volume de bois mort de taille moyenne constituait le meilleur indicateur de la richesse totale en espèces. En ce qui concerne les peuplements de résineux, c’était le volume de bois mort bien décomposé qui était le meilleur indicateur de la richesse totale en coléoptères. Dans le cas des résineux, le volume de bois mort était associé à l’âge du peuplement, et il semble qu’il faille plus de 140 ans pour retrouver les niveaux pré-perturbation.


Full Text:

PDF


DOI: https://doi.org/10.15273/pnsis.v42i2.3603

Refbacks

  • There are currently no refbacks.